Stay foolish, stay hungry

richard_palacci_pharmacie_1

« Stay foolish, stay hungry », cette phrase prononcée par Steve Jobs devant un parterre d’étudiants à Stanford a certainement fait le tour du monde.

Le fondateur d’Apple a mis le doigt, a cerné avec ces quatre mots l’essence même de la motivation qui habite des jeunes gens du monde entier. De la Californie à la Provence, de San Francisco ou Los Angeles à Marseille ou bien Nice.

Apprendre, découvrir, expérimenter et comprendre

Je crois que des années avant la culture MAC, ces quelques mots m’étaient prédestinés. Comme une partie intégrante de mon ADN de futur pharmacien, apothicaire, cosmétologue, passionné de phytothérapie, de botanique, de voyages et d’expériences variées. Je souhaitais toujours apprendre, découvrir, expérimenter, comprendre, et c’est encore vrai aujourd’hui. Tel un sempiternel apprenant, avec un passeport étudiant longue durée.

Toutes les possibilités d’amélioration, de perfectionnement des dentifrices LEBON. Que ce soit pour de nouvelles formulations, de nouveaux produits, tout cela occupe mon quotidien.

Propriétés passionnantes des ingrédient naturels

Un peu à la façon de l’apothicaire d’hier qui travaille les plantes médicinales sur son plan de travail, sur sa paillasse. Je me confronte avec des ingrédients naturels aux propriétés passionnantes, ou avec des arômes naturels évocateurs de formidables bouquets aromatiques, le présent et le futur des dentifrices LEBON est en cours de travail et d’écriture. De nouveaux produits LEBON verront bientôt le jour en pharmacie et dans des lieux de bien-être et de santé.

Apprendre la théorie de la botanique et des plantes médicinales sur les bancs de la faculté de pharmacie. Ce fut à la fois nécessaire, passionnant et, obligatoire dans mon cas. Mais, pour satisfaire mon appétit de savoir, de découvrir, d’expérimenter et de comprendre, rien ne valu ce stage de fin d’études de pharmacie qui dura la moitié d’une année. J’aurais pu chercher un stage dans une très chic pharmacie de Nice ou de Cannes. Mais en réalité je ne cherchais pas le glamour de la Cote d’Azur, je cherchais à m’immerger dans mon rôle d’apprenant apothicaire.

Ma démarche était celle du retour à l’origine de la médecine, de la pharmacie, à ses médicaments naturels à base de plantes. Sans pour autant négliger les indispensables et salvateurs médicaments allopathiques. Je dois l’avouer, mon rêve de fin d’études était de pouvoir réaliser mon stage dans la Mecque des plantes médicinales, c’est à dire dans la pharmacie herboristerie du Père Blaize, rue Meolan dans le vieux centre-ville de Marseille, ma chère ville de naissance.

Retour sur mon parcours…

Pas de chance, malgré mon insistance, il n’y avait pas de poste de stagiaire disponible dans ce sanctuaire de la médecine traditionnelle. Par contre, et par chance cette fois-ci, j’ai pu trouver refuge pour mon stage dans une pharmacie spécialisée en préparations magistrales et herboristerie. Située rue d’Aubagne à quelques pas du Père Blaize et aussi de l’une de mes adresses préférées à Marseille, la Maison Empereur. Une incroyable et historique droguerie générale fondée en 1827, et aujourd’hui dirigée par Laurence Renaux, une amie d’enfance.

J’ai vécu là une formidable et marquante période d’apprentissage de l’herboristerie et du savoir-faire en matière de préparations magistrales à base de plantes, que ce soit concernant des formes orales ou bien des produits à visées dermatologique et cosmétologique, voire même des dentifrices naturels …

Bon, c’est vrai qu’en ma qualité de pharmacien stagiaire, je me suis permis alors quelques salutaires et trépidantes incartades, en particulier ces quelques (peut être relativement nombreuses !) visites professionnelles chez le voisin Père Blaize. Car nul doute que la pharmacie herboristerie du Père Blaize qui fut créée en 1815, possédait quelques longueurs d’avance en matière de savoir-faire et de connaissances dans l’art de soigner avec des plantes.

C’est dans l’art de la calligraphie que Steve Jobs a su puiser une partie essentielle du succès d’Apple.

Plus modestement, je réalise que mon quotidien est aujourd’hui et plus que jamais, influencé par l’art des simples, nom que l’on donne aux plantes médicinales aromatiques. Nous vivons une période historique de changement climatique qui nous met tous face à nos responsabilités en matière d’environnement et d’écologie.

En créant avec mon épouse Stéphanie, la marque de dentifrices naturels LEBON, nous nous sommes exprimés dans notre attachement à la nature, et dans les valeurs fondamentales de cette terre que nous empruntons à nos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *