Pourquoi ?

richard_palacci_blog (2)

Pourquoi chaque jour ?
Pourquoi doit-on puiser en nous chaque jour ?
Pour avancer ?
Pour avancer vers quoi ?

« Tu te lèveras tôt »

« Tu te lèveras tôt, et c’est là que ça commencera pour toi, car l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Des mots que j’ai entendu tellement souvent durant mon enfance. Non pas qu’aujourd’hui je sois choqué par ces mots, non pas vraiment. Mais le rythme biologique de chacun d’entre nous n’est pas identique à celui de l’autre. Le pic de potentiel quotidien d’une personne donnée n’est pas situé dans la même tranche horaire que celui de telle autre. L’humain, c’est une infinité de possibilités. De rythmes biologiques différents, et de caractères résultants du mariage de l’inné et de l’acquis.

La France, une ville, que ce soit Marseille, Nice ou une autre ville, une profession soi-disant pour la vie, architecte, pharmacien ou bien designer de yachts, peu importe tout cela car lorsque l’on ramène ces facteurs à l’échelle de l’Europe, de l’Asie, de l’Amérique ou encore de la Planète, que reste-t’il ? Il ne reste en réalité pas grand chose. Nous ne sommes pas plus que des particules de micro-plancton dans un océan, rien de plus et, tout à la fois. Chaque infime partie du plancton est l’essence même de la vie, et contribue à celle-ci. On apparaît un jour sur cette terre, et puis on disparaît quelques années après. Et alors ?

Pourquoi chaque jour ?

La vie, notre vie, peut être perçue comme très longue ou bien trop rapidement passée, trop courte. Comment doit-on la vivre ? Un an, c’est 10% de la vie d’un enfant de dix ans, et 1.6% d’un adulte de 60 ans. « Carpe Diem » .

Oui mais que faut-il faire de cet instant présent ?
Comment doit-on le vivre ?
Faudrait-il le vivre comme si c’était le dernier ?

Non, ce serait un peu comme un acte désespéré, ce qui ne me convient pas, moi qui suis d’un naturel inconditionnellement optimiste. Revenons aux bases, aux valeurs qui nous construisent, aux racines, non pas pour se donner bonne conscience dans un article, mais pour être intégralement transparent et profondément honnête. Les bases, la base c’est l’amour pour les siens, sans aucun dogme ni aucune notion de matérialité. Savoir les miens heureux, c’est mon bonheur le plus grand, c’est ce qui me rend heureux à mon tour. Puis, j’élargi cette base à l’extérieur des miens, car chaque jour qui passe le monde vit. Chaque jour, j’essaie de contribuer à apporter ma minuscule contribution au bonheur des autres, de tous les autres, de ceux avec lesquels je peux être en contact. Je suis en fait tout le contraire d’un produit de marketing, je ne suis rien de plus qu’un humain, une personne qui tente d’apporter un peu de bonheur dans le quotidien des autres. Aucun dogme ni aucune pensée politique ne me guide, il s’agit uniquement de la conscience de mon éphémérité et de l’envie qui m’anime de sentir la connexion positive avec le plus grand nombre d’entre nous.

Pourquoi aujourd’hui ?

Sur mon bureau, je veux dire sur cette ancienne porte décapée et recyclée qu’est mon bureau de « grand chef » de chez Lebon, il y a quelques mots que je ne vais pas citer ici, et qui proviennent d’une personne qui m’est chère, et qui n’est plus là aujourd’hui. Ces quelques mots disent en substance, non pas de profiter de ce jour qui pourrait être le dernier, non pas du tout.
Ces quelques mots disent que seul l’amour pour les siens et pour tous les autres, seul ce sentiment, cette attitude de vie permet de vivre chaque jour en justifiant le « pourquoi aujourd’hui ? ».
Chez Lebon, nous ne vendons pas des dentifrices. Non, beaucoup d’autres marques vendent des dentifrices, comme d’autres aussi vendent de la lessive ou bien des sodas. Nous sommes des artisans, des femmes et des hommes. Des humains qui essaient de transmettre leurs meilleures intentions à d’autres femmes, hommes et enfants. Tellement d’amour et d’humbles intentions dans un dentifrice. Dans ce produit qui nous accompagne au quotidien, voilà ma vérité professionnelle de tous les jours.

Transmettre à ses enfants, mais pas que.
Transmettre le meilleur à toutes et à tous, du moins essayer.
Voilà pourquoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *